La nuit, la mer n’est qu’un bruit par Andrew Miller, une revue – brainfood

IMG_0153

Je dois avouer que c’est le titre de ce livre qui m’a donné envie de le lire. En effet, j’ai vécu pres de la mer toute ma vie, (enfin maintenant c’est plutôt un océan). Plus jeune, je passais des heures à la plage, assise à écouter la mer. Son bruit, ou plutôt son chant, m’a toujours apaise en période de crise. Et le fait que le roman se déroule dans le sud de l’Angleterre, le Dorset, là où j’habite actuellement c’était juste un bonus. Donc voilà, j’ai lu La nuit, la mer n’est qu’un bruit d’Andrew Miller et voici les raisons pour lesquelles vous devriez le lire aussi.

Au fil des pages, on se prend au jeu, de suivre cette histoire “banale” d’un couple qui se forme, puis qui prend l’eau. Maud est un anti-héros, peu attachante à pemière vue, voir distante vis à vis du lecteur, une des seules choses qui la passionnent vraiment c’est la voile. Son entourage lui reproche d’être une mauvaise mère, d’être trop distante, de trop travailler aussi. la première partie du roman se concentre sur l’histoire avec Tim, son conjoint qui s’occupe de leur fille. Il mène la danse, s’attarde sur des details banals qui au fond ont peu d’importance.  Ce livre prend toute sa dimension lorsque Maud se retrouve seule à gérer la mort de sa fille et la perte de son conjoint.  Toujours l’attachement aux détails matériels, à la description du moment, de l’action mais tres peu aux sentiments .Tel un navire perdu en mer, Maud navigue à vue . Litteralement mais aussi intérieurement. Elle prend la fuite d’une situation qu’elle ne sait pas gérer, qu’elle tente de colmater par la prise de médicaments, on a l’impression qu’elle n’est pas vraiment là, comme si elle était dans un état second. Le bruit de la mer rythme ses  nuits, son périple en solitaire, sa recherche de rédemption.

Au début, j’ai eu du mal à entamer ce livre, mais au fur et à mesure du développement de  l’histoire, j’ai été envoûtée par cette histoire qui est ordinaire, mais pas tant que cela. Cette histoire m’a  transportée  à partir du moment où Maud se retrouve fasse à elle-même . Depuis  le début du livre, on avait du mal à la cerner, on aimerait aller plus loin,   mais  on ne l’a  comprend  pas trop. L’alternance entre le point de vue masculin,   cru, et son point de vue à elle, plutôt pudique, rajoute une dimension psychologique et vraiment emphatique au récit. On navigue entre les sentiments des personnages bien que l’on ne s’attarde jamais sur les détails de leurs malheurs. Au final c’est sa pudeur qui m’a permis de la comprendre.

Merci à Netgalley et aux éditions PIRANHA de m’avoir donné accès à ce livre qui sortira le 24 août 2017 (vous pouvez déjà le précommander ici

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s